Devez-vous viser la perfection dans l’éducation de vos enfants ?

Que pense un père qui tient dans ses bras son premier enfant ? 🤔

J’en connais qui se disent « Oula, faut pas que je le fasse tomber  » (NDLR : ce fut le cas de Solenne 😂).
Pour ma part, je me souviens avoir murmuré à mon épouse « tu te rends compte, voici une page blanche…nous avons tout à écrire, tout à façonner selon notre volonté ». Une belle idée, mais avec le temps, j’ai compris que j’avais fait une grosse erreur. Chaque enfant nait avec son caractère, sa personnalité, son âme. De fait, il est donc impossible de « tout façonner selon notre volonté ».

Alors, dans cet article, je vous pose une question essentielle : « Peut-on viser la perfection dans l’éducation de nos enfants ? ».

Selon moi, s’il est nécessaire de se fixer des objectifs précis en matière d’éducation, il peut être tout à fait néfaste de vouloir les atteindre coûte que coûte. Au contraire, il est préférable de savoir lâcher prise parfois tout en choisissant avec soin ses combats.

Cet article participe à un événement interblogueur sur le thème « Le perfectionnisme, un atout ou un frein à la réussite ? » lancé par le blog madame-pas-de-soucis.fr.
Dans ce blog, Valérie – Madame Pas de Soucis, life organiser depuis 2017 – fait de la charge mentale des mamans son cheval de bataille. Parmi tous les articles de son blog, je vous invite à consulter les deux suivants que je trouve particulièrement intéressants :
Comment enfin arrêter de répéter les mêmes choses à votre enfant
Mon mari ne m’aide pas dans les tâches ménagères

 

Définir vos objectifs dans l’éducation des enfants : un mal nécessaire

Une vision à partager

« Il n’y a pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va »
Senèque.

La parentalité est un voyage qui se fait préférentiellement à deux. Il est donc nécessaire d’établir des objectifs éducatifs clairs à partager avec votre conjointe. Il est probable que vos visions des valeurs à transmettre ou des règles à établir à la maison ne convergent pas totalement. Prenez donc le temps de la réflexion pour partager une vision commune de l’éducation que vous souhaitez donner à vos enfants. Vous avez probablement une idée des valeurs que vous voulez transmettre. Mais je vous suggère deux conseils pratiques pour découvrir les objectifs que vous pouvez vous fixer :

  • Imaginez vos enfants à 18 ans : comment aimeriez-vous qu’ils soient ?
    Écrivez tout ce qui vous passe par la tête (par exemple : ils sont polis, généreux, respectueux, curieux, solidaires…). Ensuite, retenez les points importants pour vous.
  • Identifiez les directions à prendre dès aujourd’hui pour parvenir à les orienter vers la vision que vous avez d’eux.
Transformer vos valeurs en règles de vie

Ces objectifs ne doivent pas rester des principes abstraits, mais plutôt se concrétiser en valeurs spécifiques que vous désirez voir reflétées dans la vie quotidienne de votre famille. Par exemple, promouvoir le respect envers autrui, encourager la curiosité intellectuelle, ou enseigner l’importance du partage. Ces valeurs prennent vie à travers des règles de vie qui établissent le cadre familial.
Là encore, je vous invite à restez concis dans la définition de vos valeurs. Vous pouvez choisir par exemple, 3 ou 4 valeurs importantes au travers de mots placardés sur votre refrigérateur ou dans le couloir de la chambre de vos enfants. Cela doit devenir une sorte de mantra. Ces mots seront les piliers de vos règles éducatives. Tout ce qui se rapporte à ces mots doit être non négociable. Chez nous par exemple, nous avons retenu les mots suivants : RESPECT (envers les autres, envers soi-même, des horaires…), SOLIDARITE, AUTONOMIE, EXIGENCE.

La démocratie familiale en action

Evidemment, je vous déconseille de décider de ces règles uniquement entre parents. Il est important d’inclure vos enfants dans le processus de création de règles. Les avantages sont multiples :
– cela les responsabilise, les intégrant activement dans la construction des fondations familiales.
– cela les éduque à la démocratie en famille, où chaque voix compte.
Cette démarche favorise une compréhension mutuelle des attentes, renforçant ainsi les liens familiaux. En faisant adhérer les enfants à votre projet, vous allez faciliter la mise en place de vos règles et la transmission de vos valeurs.

La flexibilité : un impératif éducatif

Enfin, même si ces objectifs éducatifs sont essentiels, ils ne doivent pas être rigides. Au début, vous serez ambitieux, et espérerez atteindre la perfection dans l’éducation de vos enfants. Mais, avec la croissance et l’évolution de vos enfants, ces objectifs devront s’ajuster. La flexibilité dans votre approche éducative permet d’accompagner au mieux le développement de vos enfants tout en maintenant un cadre cohérent et bienveillant. Fixer des objectifs éducatifs, c’est jeter les bases d’un foyer épanoui, où les valeurs partagées guident vos actions au quotidien.

J’espère que vous avez vu l’intérêt de disposer d’objectifs précis pour définir des règles de vie. Méfiez-vous toutefois de la tentation d’appliquer vos principes coûte que coûte en recherchant la perfection dans l’éducation de vos enfants.

Être perfectionniste dans l’éducation de vos enfants : les risques.

La peur du regard des autres

Dans la quête de l’éducation parfaite, la pression sociale peut jouer un rôle prépondérant. Un exemple concret : vous arrive-t-il d’imposer à vos enfants de dire « bonjour » au monsieur ou la dame ? C’est ce que je fais encore souvent, alors que je sais que c’est absurde 😅. En effet, souvent nous imposons des attentes élevées à nos enfants uniquement par crainte du jugement des autres adultes. On se dit : « Que va penser ce monsieur de moi, si mon fils ne lui dit pas bonjour… Il va se dire que je ne l’éduque pas bien« . Ok ? et alors ? 🤷‍♂️.

Je vous invite donc à décortiquer régulièrement, selon les situations que vous vivez, cette pression sociale pour mieux comprendre comment elle peut influencer vos choix éducatifs.

La tension dans le couple

Un excès de perfectionnisme peut également engendrer des tensions au sein du couple. En effet, si l’un d’entre vous cherche la perfection dans l’éducation des enfants, fixant des attentes très élevées, ne laissant rien passer comme erreur il risque de juger négativement l’attitude de l’autre parent. De ce fait, les dynamiques autoritaires de l’un peuvent entrer en conflit avec le laxisme de l’autre, exacerbant ainsi les tensions et les disputes. Ces discordances peuvent affecter la relation entre les parents qui doivent pourtant demeurer soudés dans leur transmission des valeurs et dans la mise en œuvre des règles familiales.

Impact négatif sur la relation Parent-Enfant

Enfin, trop de perfectionnisme risque d’exercer une pression constante sur vos enfants, créant un environnement où la communication et la confiance peuvent se fissurer. J’ai vécu cela il y a quelques mois avec mon ainée. A force de trop lui faire de remarques sur le rangement de sa chambre, sur ses vêtements qui n’étaient pas mis dans le panier de linge sale…j’ai senti que la communication avait été rompue pendant plusieurs semaines. A CREUSER Et pourtant, elle n’a qu’avait que 8 ans. J’imagine avec angoisse ce que cela pourra être à l’adolescence 😁. Alors, j’ai relâcher la pression, je me suis contenté de saluer ce qu’elle faisait de bien, et de temps en temps, je lui reparle de mettre ses affaires au sale.
D’ailleurs, en tentant de répondre à nos attentes trop nombreuses et démesurées, nos enfants peuvent ressentir un fardeau écrasant.

En conclusion, à trop vouloir faire respecter les règles vous risquez de créer une ambiance délétère à la maison.

Savoir choisir vos combats et Lâcher Prise

Au contraire, il est important de choisir ces combats et de savoir lâcher prise (pour le moment) sur d’autres points d’éducation qui n’auraient pas atteint vos objectifs.

Exigez uniquement ce qui peut l’être

D’abord, rappelez-vous que vos enfants sont avant tout des enfants. Je vous invite à lire ou à relire ce beau texte « Les pères oublient » de William Livingston Larned, qui souligne l’importance de ne pas oublier la nature enfantine de nos petits. Vous ne pouvez pas attendre la même chose de votre ainée de 9 ans, que de votre benjamin de 5 ans. Cela vous permet de choisir vos combats éducatifs de manière plus judicieuse, en fonction de l’âge et de la maturité de l’enfant.

Choisir vos batailles avec sagesse

En effet, l’art de la parentalité réside dans la capacité à choisir les batailles importantes tout en s’adaptant à votre enfant. Tout n’est pas nécessairement un sujet de confrontation. Oubliez un instant la perfection dans l’éducation de vos enfants. Selon les moments, et selon l’affinité que vous avez avec votre enfant, vous devez identifier les enjeux majeurs sur lesquels vous souhaitez rester inflexible et ceux au contraire pour lequel vous pouvez lacher prise. Pour cela, je me pose régulièrement la question « Est-ce vraiment grave ce qu’il a fait, ou ce qu’il est en train de faire ?« . Cela nous permet de NE PAS tout le temps corriger votre enfant…

Lâcher Prise ne signifie pas abandonner

Le Lâcher prise est une compétence cruciale en parentalité, mais cela ne signifie pas abandonner les principes éducatifs. C’est plutôt une adaptation intelligente en fonction du développement de l’enfant. Vous pouvez par exemple revenir plus tard sur une règle quand l’enfant est plus mature ou bien quand une règle prioritaire est désormais bien ancrée. Vous pouvez aussi tenter de réintroduire certaines règles de manière plus appropriée. En étant plus souple, vous gagnerez en calme, et vous favoriserez le bien-être de vos enfants.

Les dangers à la sur pression

Car, c’est bien là l’essentiel. Avoir des enfants épanouis et « biens dans leur baskets », non ? Si par mégarde ou obstination vous leur mettez trop de pression, cela peut avoir des conséquences néfastes, allant jusqu’à générer un burnout chez vos enfants : oui cela existe 😟. En fait, bien que le terme ne soit pas directement applicable aux enfants, cela demeure une réalité inquiétante qui attire l’attention. Les pressions académiques, les attentes sociales élevées ou l’exposition précoce aux médias sociaux, peuvent contribuer à l’épuisement émotionnel chez les jeunes. Les symptômes se traduisent par une fatigue persistante, des changements d’appétit, des troubles du sommeil, une baisse de la motivation scolaire et des manifestations physiques.
Il est nécessaire d’y être sensibilisé en tant que parents, afin de relacher la pression. Restez zen, et gardez votre calme pour favoriser un environnement propice à l’épanouissement.

 

CONCLUSION

Vous l’avez compris, éduquer des enfants implique un équilibre délicat entre la fixation d’objectifs éducatifs et la nécessité de ne pas succomber au piège du perfectionnisme. Clairement, rechercher la perfection dans l’education de vos enfants comporte plusieurs effets délètères qui doivent être évités. Mieux vaut lâcher du lest sur certains points pour eventuellement y revenir plus tard. En suivant ce principe, il est possible de cultiver des relations familiales épanouissantes, fondées sur la confiance, la communication et l’adaptabilité. Nous sommes avant des humains, avec toutes les imperfections que cela comporte. Après tout, c’est dans cette humanité que se tissent les liens les plus forts.

👉 Alors, parfait ou imparfait, avez-vous fait votre choix ? Dites-le moi en commentaires ! 👇

Si cet article vous a plus 👍 ... Partagez-le sur les réseaux vers vos proches 😉 !
S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Jackie
2 mois il y a

Être père implique une série de responsabilités, de défis et de moments de joie. Il est important de reconnaître que la perfection n’est pas réaliste, et que chaque père commettra des erreurs et fera face à des défis uniques. L’essentiel réside dans la volonté d’apprendre, de grandir et d’évoluer avec son rôle de père.

2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
Retour en haut